Translate

jeudi 28 août 2014

portrait : charles-éric bélanger


   Québec - Au printemps, à son premier tournoi de la saison, premier coup de départ sur le tout premier trou, sa balle s'est retrouvée dans les bois. En buchant un peu, en sacrifiant quelques coups, en ratant d'autres puis en finissant avec deux roulés, Charles-Éric Bélanger inscrivait un gros 12 sur cette normale 4. Un total de plus 8 dès le départ! Cela ne l'a nullement empêché de remporter le tournoi.
   ''J'ai joué plus un sur les 17 autres trous suivants pour une ronde de 81, relate-t-il. J'avais réussi une partie d'à peine 22 coups roulés! La compétition se déroulait sur deux jours. Le lendemain, j'ai joué 73. J'ai gagné juvénile et j'ai pris le deuxième rang du classement général, derrière un joueur junior qui avait joué 73 la veille et 77 le lendemain.''
   Cela se passait dans l'État de New York. Le calibre de joueurs était très élevé pour ce tournoi où s'affrontaient les meilleurs juniors et juvéniles du Québec et de la région d'Ottawa. Peu de golfeurs auraient su remonter la pente après un début aussi laborieux, mais c'est peut-être la clé du succès du jeune joueur du Royal Québec, la force du mental, pour reprendre la célèbre phrase de Bob dans Les Boys.
   Calme et simplicité
   ''Oui, le mental, convient Charles-Éric, c'est pas mal ma force. Je ne traine jamais un mauvais coup et je n'abandonne jamais. De nature, je suis très calme et sur le terrain, j'essaie de garder cela le plus simple possible.''
   Pas de doute, sa façon de faire fonctionne à merveille. Il a été dominant tout au long de la saison qui se termine, accumulant les victoires les unes après les autres (voir encadré), seul ou en équipe, et récoltant une médaille d'or aux Jeux du Québec en compagnie de Charles-David Trépanier. Il a été de l'équipe des golfeurs de moins de 17 ans qui a réécrit l'histoire, récemment, en mettant la main sur la Coupe Williamson, exploit que le Québec n'avait jamais réussi depuis le début de cette épreuve il y a 51 ans.
   D'accord, c'est solide entre les deux oreilles de cet ado. Mais il n'y a pas que cela. Pour jouer du golf aussi bon, il faut avoir du talent.
   ''À notre niveau, dit-il, tous frappent bien la balle. Moi je me concentre davantage sur le putting. C'est souvent là la différence, ce qui me procure la victoire.''
   Une question de gênes
   Charles-Éric Bélanger s'amuse sur les allées de golf depuis l'âge de neuf ans. Il accompagnait d'abord son père Patrick, excellent joueur qui détient toujours le recours du parcours au Royal Québec avec une marque de 63, puis avec les années, les rondes avec les copains se sont succédé.
   ''L'été, au Québec, précise-t-il, je joue facilement plus de 80 parties. Avec l'Académie Saint-Louis, on passe plusieurs semaines dans le sud des États-Unis pendant l'hiver. Alors je dois jouer plus d'une centaine de parties par année.''
   Cet été, lors de la compétition parent-enfant au Royal Québec, son père et lui ont joué 61! C'est donc dire que la génétique, dans son cas, fait son oeuvre.
   ''Oui mais je dois dire que jamais mon père ne m'a mis de la pression. Je n'ai jamais senti qu'il pourrait voir en moi le fils qui se rend là où le père n'a pu aller. C'est plutôt moi qui mettait de la pression sur mon père pour qu'il m'amène plus souvent au golf'', lance le jeune homme, sourire en coin.
   Comme de nombreux jeunes Québecois, l'attrait pour le hockey était là mais la piqure du golf est vite venue avec les bons résultats qu'il ramenait et tout le plaisir qu'il prenait à frapper la petite balle blanche.
   ''À l'âge de 11 ans, au début de l'été, se souvient-il, cela m'a pris deux semaines pour casser le 100, puis le 90 et enfin le 80! Quand cela arrive, on prend vite goût au golf!''
   Le Big Tour dans la mire
   Et c'est pour cela qu'il rêve de conquérir les plus hauts sommets, d'atteindre un jour le Big Tour, comme il le dit. Il ne sait pas encore dans quel domaine il souhaite étudier une fois à l'université, mais pour ce qui est du golf, il n'a pas de doute sur ses objectifs.
   ''Je souhaite aller dans une université américaine pour faire partie de leur programme de golf, mentionne-t-il, mais je ne sais toujours pas dans quoi j'aimerais étudier. Mon seul objectif c'est de gagner une place sur l'équipe junior canadienne en 2016, soit une fois que j'aurai l'âge pour y être admis.''
   Si le récent passé est garant du proche avenir, Charles-Éric Bélanger devrait se promener d'un océan à l'autre dans quelques années.



*Droits d'auteur Martial Lapointe. Toute reproduction de ce texte doit recevoir l'approbation de l'auteur.

lundi 25 août 2014

parcours : stoneham


    
   Stoneham - Tantôt il est dans son bureau, bien droit devant l'écran d'ordinateur ou penché sur un tas de papier, un stylo entre les doigts. Tantôt il se retrouve dans les cuisines avec les employés, ou près du bar avec des membres échangeant avec chacun d'eux. Mais plus souvent qu'autrement, il s'active sur le terrain, un outil à la main, améliorant une allée, élaguant un arbre ou corrigeant un canal d'écoulement.
   ''Pour pouvoir garder nos membres et en attirer d'autres, il faut les rendre heureux. Et pour les rendre heureux, il faut leur offrir d'abord et avant tout, un beau terrain.''
   À peine ces paroles dites, Marc Morency se lève et nous emmène sur le parcours de Stoneham pour justement montrer le terrain. Le directeur et copropriétaire du club sillonne les 36 trous en expliquant les améliorations apportées ici et là sur les deux parcours.
   Depuis quelques années, il n'y a pas à dire, le visage de ce club a changé, beaucoup changé. Dès l'arrivée, on remarque que la maison qui s'élevait au bout du stationnement a été enlevée et qu'un immense vert d'exercice a pris sa place. Partout, des sentiers ont été aménagés pour éviter une circulation trop dense abimant les allées, des lacs ont été disposés, des tertres de départ ont été modifiés et pour s'y faire, l'équipement et la machinerie ont été remplacés, bref, l'évolution a été constante.
   Chez lui
   Marc Morency est devenu directeur du club Stoneham en 2006 et, deux ans plus tard, copropriétaire avec son frère Louis et François Lépine. Depuis toujours, il est chez lui sur ce terrain de golf de 36 trous divisé en deux parcours: l'Est, plus ancien et moins montagneux que l'Ouest, plus jeune et offrant un défi de taille.
   ''À 11 ans, je partais en bicycle de Lac Delage pour venir jouer ici, raconte-t-il. J'ai grandi sur ce terrain!''
    Quand il a pris les commandes du club, la pente à remonter était haute et dans son optique, pour y parvenir, il fallait améliorer les conditions de jeu sur le terrain. Sur un parcours de golf, il y a la partie visible et celle plus discrète mais qui peut faire toute la différence. Ainsi, lors de la balade sur le terrain, il quitte parfois les sentiers pour montrer des travaux effectués dans un boisé ou encore plus à l'écart, comme la construction de la nouvelle station de pompage, travaux qui ont conduit à des allées en meilleur état et à des greens de qualité.
   ''Si je reste dans mon bureau de directeur, je rate quelque chose, dit-il. C'est sur le terrain que tout se passe. D'autant plus que je suis un manuel. Il faut faire des changements mais aussi savoir les faire au bon moment. On a consulté l'architecte Darrell Huxham, il nous a bien guidés et nous savons ce qui reste à faire pour poursuivre l'amélioration.''
   Vie sociale intense
   De retour au chalet, Marc Morency insiste pour montrer les nouvelles installations permettant aux membres du club d'entreposer leurs voiturettes électroniques dont il faut recharger les batteries.
   ''À l'origine, on voulait offrir un service de nettoyage de bâtons, explique-t-il. On en a parlé aux membres et on a vite compris que cela n'était pas leur besoin premier. Il était plus logique de créer un lieu d'entreposage des voiturettes.''
   Toutes catégories confondues, le club de Stoneham compte près de 600 membres. ''Ils nous sont fidèles et ils ont du fun!'', apprécie le directeur.
   La vie sociale à ce club est intense. Pas moins de cinq groupes ont leurs rencontres régulières, soit les Mercredames, les Montagnards, les Bons Vivants, les Pionnières et les Libellules. En plus des nombreux tournois du club, des 4 à 7 et des brunchs sont souvent au programme.
   Depuis 32 ans
   Le comité social du club de golf de Stoneham ne chôme pas. On retrouve à sa tête Mme Johanne Gingras, secondée par Mme Louise Boivert, M. René Savard, ainsi que la capitaine Odette Dubeau et le capitaine Raynald Beaumont.
   Ce dernier a carrément le logo de Stoneham tatoué sur le coeur. Il occupe le poste de capitaine depuis cinq ans mais est membre depuis 32 ans. Cette fidélité, il l'attribue à diverses raisons sauf que les 36 trous et la vie sociale du club viennent en tête.
   ''Avec deux parcours de 18 trous, mentionne Raynald Beaumont, tu peux te pointer au club sans heure de départ et souvent, 30 minutes plus tard tu peux jouer, il y a une place de disponible. C'est un bel avantage.
   ''Le prix de l'abonnement est très raisonnable, pour un club de 36 trous, ajoute-t-il, et il y a tellement une belle vie sociale. On remplit toujours la salle, lors de nos activités. On doit même refuser des gens.''
   Après la randonnée sur le terrain avec le directeur, après les entretiens avec quelques membres actifs, il y a lieu de penser que l'on a affaire à un club de 36 joyeux trous. Il faut rappeler qu'il s'agit d'un terrain en montagne. Le coup d'oeil y est parfois très agréable, particulièrement en automne, mais il faut composer avec les difficultés qui y sont associées.
    On pense alors au 12e trou du parcours Ouest, une petite normale quatre en descendant qui bifurque abruptement. ''Avec l'architecte, on a étudié la situation et on a des plans pour ce trou'', conclut Marc Morency.

   
   *Droits d'auteur Martial Lapointe. Toute reproduction de ce texte doit recevoir l'approbation de l'auteur.

jeudi 21 août 2014

compétition : hale irwin


   Une question, un gag puis une réponse... c'est à peu près ainsi que s'est déroulée la conférence téléphonique entre les journalistes et le golfeur professionnel Hale Irwin, l'une des vedettes qui sera du Championnat de Québec les 5, 6 et 7 septembre prochains.
   Celui qui a accumulé les victoires sur le circuit de la PGA pour ensuite dominer le Champions Tour a confirmé sa présence au club de golf La Tempête, à Lévis. Il a dit avoir hâte de découvrir la région de Québec.
   ''Ce sera ma première visite. J'ai entendu bien de belles choses à propos de la ville de Québec. J'ai bien aimé Montréal et je m'attends être aussi ravi par Québec même si je sais que les deux villes sont différentes.''
   Humour
   Les amateurs de golf savent peut-être que ce pro a signé pas moins de 20 victoires sur la PGA, dont trois US Open (1974, 1979 et 1990), en plus de faire partie de l'équipe américaine de la Coupe Ryder à cinq reprises. Sur le Circuit des Champions, il n'a pas moins de 45 victoires à son actif, dont sept lors d'événements majeurs. Ce qu'ils savent peut-être moins, c'est que ce joueur dégageant un certain côté sérieux, puisse faire preuve de beaucoup d'humour. En effet, dès la première question qui lui a été adressée, son côté rigolo est apparu. Voici quelques-unes des perles qu'il a lancées:
   À la question cherchant à savoir ce qui le motive à continuer d'évoluer sur les circuits professionnels alors qu'il est rendu à 69 ans et qu'il a accumulé de nombreuses victoires : ''Les factures qui entrent à la maison me motivent beaucoup'', a-t-il répondu avant d'ajouter qu'il a toujours le goût de la compétition, c'est en lui et il aime cela.
   Est-ce qu'il pense parfois à la retraite: ''J'y ai encore pensé il y a cinq minutes'', blague-t-il pour ensuite préciser que cela fait 46 ans qu'il joue sur les circuits et tous les préparatifs et les voyages précédant les tournois commencent à lui peser un peu.
   À son âge, qu'elle est la partie la plus difficile dans son jeu: ''Juste me rappeler ce que je dois faire'', lance-t-il en riant puis de continuer en disant que les efforts de concentration sont maintenant plus ardus.
Le décor change sur le terrain de La Tempête pour accueillir les légendes.
   Alors qu'il ne participe pas aux tournois précédant celui de Québec, qui donc a réussi à le convaincre de venir jouer le Championnat de Québec: ''David Skitt (le patron de Synchro Sports) m'a jeté par terre et a sauté sur moi, je n'ai pas eu le choix...'', a-t-il dit en rigolant et de poursuivre qu'il n'a pas joué beaucoup ces derniers temps et que ce tournoi est une belle occasion de reprendre le jeu.
   Le terrain
   Hale Irwin souhaite juste bien terminer au classement final du Championnat de Québec. Ses comparses et lui joueront sur un terrain de 7065 verges, pour une normale 72. Pour ceux et celles qui connaissent le club de La Tempête, à Lévis, à noter que les pros s'élanceront des tees arrières, les noirs, à l'exception des trous 1 et 18 où ils partiront des jalons bleus pour une question d'aménagement d'estrades.
   Peu avant la conférence téléphonique, David Skitt a annoncé que Kevin Sutherland, celui qui a inscrit un score de 59 lors du dernier tournoi du Champions Tour, sera aussi à Québec pour le tournoi. Sutherland est le premier joueur à réaliser cet exploit sur ce circuit.
   Le dirigeant de Synchro Sports a également fait part que des gens de la PGA et de Golf Channel sont actifs à La Tempête depuis le 1er août. L'agronome en chef et deux arbitres du circuit se pointeront aussi à Lévis dans les prochains jours.
   Lors d'une toute récente partie (mercredi) à La Tempête, il nous a été possible d'évaluer un peu les conditions de jeu. Les responsables du club n'auront aucune gêne à recevoir cette belle visite des grands joueurs, des légendes du golf.


*Droits d'auteur Martial Lapointe. Toute reproduction de ce texte doit recevoir l'approbation de l'auteur.

lundi 18 août 2014

portrait : michel gagnon

   Québec - Il a joué la ''game du jeudi soir'', celle vers 17h, après le travail, sans aucune attente, juste pour le plaisir. Et il a gagné. Il a soulevé le trophée au bout de ses bras après cette partie, le trophée du champion senior provincial.
   ''Le seul objectif que je m'étais fixé, en allant à ce championnat, était de faire l'équipe du Québec en vue du Championnat canadien. Je vais finalement être le capitaine de l'équipe!''
   Le golfeur Michel Gagnon, du Royal Québec, vient d'être couronné champion senior chez les amateurs de la province. Un titre qui lui fait plaisir, d'autant plus que depuis des années, pratiquement à chaque compétition, ce joueur de 59 ans ne cesse de dire à ses proches qu'il s'agit sûrement de son dernier tournoi: toujours le dernier Duc de Kent, toujours le dernier fielday, toujours le dernier championnat amateur, toujours le dernier interclub...
   Alors sa conjointe et ses filles s'échangent des sourires complices et s'amusent à ses dépens. Sceptiques, elles le taquinent un peu, lui rappelant qu'il se répète depuis quelques années et savent très bien qu'il s'attaquera encore à une compétition, qu'il est loin le jour où il parcourra les allées lors d'un tournoi juste comme spectateur.
   Pas de pression
   Le nouveau champion senior sourit à son tour et n'ose les contredire car la compétition, de toute évidence, il aime cela. La victoire, il connaît et comme tout guerrier, il ne se lasse de la savourer.
   ''Avant ce titre provincial, raconte Michel Gagnon, mon plus haut fait d'armes était ma place, l'an passé, sur le dernier trio à la deuxième journée de compétition au Duc de Kent. J'avais joué 67! J'avais terminé troisième et après la partie, j'avais dit aux journalistes que je venais de réaliser un rêve.
   ''C'est vrai que le titre du Duc de Kent, poursuit-il, c'est quelque chose, il y a une sorte d'aura autour de ce tournoi qui fait qu'on souhaite tous un jour le gagner. Mais ce ne fut pas le cas et ce titre de champion senior est bienvenu, très bienvenu! C'est quand même un titre provincial!''
   Et dire qu'il l'a remporté alors qu'il n'avait même pas l'intention d'y aller.
   ''Je m'y suis inscrit, explique-t-il, pour accompagner mon ami Alain Chamberland qui voulait le jouer. Alors on est partis pour Hemmingford sans aucune pression. C'est peut-être justement pour cela, parce que je ne m'étais pas mis de pression, que j'ai aussi bien joué et que j'ai gagné.''
   Temps merdique
   Pas de pression, pas d'attente, juste aller jouer la fameuse ''game du jeudi soir après le travail''...
   ''C'est vraiment avec cette attitude que je me suis installé sur le tertre de départ lors de la dernière journée de compétition, insiste Michel Gagnon, malgré les circonstances...''
Avec des marques de 75, 73 et 75, Michel Gagnon a remporté son premier titre provincial.
   Les circonstances en question, c'est d'abord et avant tout le temps merdique qui a marqué cette journée du 14 août. Les conditions climatiques ont causé beaucoup de retard, au point où les organisateurs ont laissé entendre que la troisième ronde serait annulée et que le meneur après deux jours, en l'occurrence Michel Gagnon, serait couronné. Mais ce ne fut pas le cas. La partie a eu lieu et il a gagné avec trois coups de mieux que son plus proche rival.
   ''J'étais confiant, précise-t-il. Malgré le vent et la pluie, j'ai joué moins deux sur le premier neuf!''
   Il a conclu le tournoi avec des scores de 75, 73 et 75.
   De Lorette à Vancouver
   Gamin, Michel Gagnon se pointait presque à tous les jours, à 5h du matin, au club Lorette avec ses amis pour frapper des balles et jouer le plus de trous de golf possibles. Comme le talent y était, au fil des ans il a dominé ce terrain pour en venir à établir le record du parcours à 64.
   Maintenant que la retraite approche, jouer encore et encore, représente son seul objectif. Juste aller jouer au golf, pas nécessairement se mesurer aux autres. Encore là, ses proches sont sceptiques.
   Dans quelques jours, il s'envolera pour Vancouver. Avec ses coéquipiers Luc Guilbault, de Drummondville, et Dru Lafave, de Kanata, il représentera le Québec au Championnat canadien senior. Le tournoi aura lieu du 26 au 29 août au Capilano Golf and Country Club.
   Comme objectif pour cette compétition, Michel Gagnon souhaite juste éviter la coupure après les deux premiers jours. Ce serait bien car, à le croire, il s'agirait peut-être de son dernier tournoi... La remarque le fait sourire, il n'ose rien ajouter si ce n'est de rappeler que son pointage, lors de sa victoire à Hemmingford, le qualifie justement pour le Duc de Kent en 2015...



*Droits d'auteur Martial Lapointe. Toute reproduction de ce texte doit recevoir l'approbation de l'auteur.

mercredi 13 août 2014

compétition : bénévoles


  
    Québec - Au bout du fil, la voix est enjouée. Il est clair que pour Laurence Dussault, s'occuper des personnes bénévoles lors des tournois, n'a rien d'un supplice. ''Les gens arrivent tellement motivés, super motivés!'', lance-t-elle sur un ton montrant qu'elle est tout aussi enthousiaste que ceux et celles qu'elle recrute et qui auront la chance de côtoyer les légendes du golf.

   Chez Synchro Sports,le groupe en charge du Championnat de Québec qui se tiendra à La Tempête au début de septembre, Laurence Dussault a pour tâche de trouver près de 500 personnes bénévoles pour l'événement. Elle n'a que de bons mots pour ces gens.
   ''Plusieurs prennent une semaine de vacances pour offrir de leur temps, ajoute-t-elle. Depuis le début, le tournoi se tient à Montréal et comme l'événement a lieu à Québec, cette année, de nombreuses personnes bénévoles de la Métropole nous accompagnent ! C'est dire à quel point ce genre de bénévolat peut plaire aux maniaques du golf'.
    ''La réponse du public est positive, les gens ont hâte de voir ces joueurs dans leur cour. Nous avons atteint jusqu'ici le nombre minimum de personnes bénévoles pour répondre à nos besoins. Je dirais que si nous pouvions en recruter entre 50 et 100 autres, ce serait idéal.''
   Les clubs embarquent
   Lors de ce genre d'événements, Synchro Sports fait appel aux clubs de golf de la région pour recruter des gens disponibles sur chacun des trous du parcours. Jusqu'ici, 16 clubs ont confirmé leur présence.
   Selon Mme Dussault, les gens bénévoles retirent beaucoup de leur expérience. Les vrais amateurs de golf sont comblés puisqu'ils ont la chance d'observer de grands joueurs de très près. Ils sont à l'intérieur des cordes avec les joueurs et non à l'extérieur avec les spectateurs.
   Ils ont aussi la chance de faire partie d'une équipe aux allures de famille, au sein de laquelle leurs efforts sont reconnus et récompensés. Le dimanche, après la cérémonie de clôture, une soirée pour les bénévoles est organisée sur la terrasse du club et la tradition veut que le gagnant de l'épreuve s'y rende pour signer des autographes.
   ''L'an dernier, à Montréal, raconte-t-elle, le joueur canadien Jim Rutledge s'est même joint aux employés du clubhouse pour servir des consommations aux personnes bénévoles!''
   Les comités
   Voici la liste des comités où l'aide des bénévoles est requis. Tous demandent une bonne connaissance du golf tandis que d'autres ont des exigences précises comme être bilingue.

    Accueil des bénévoles :
Ce comité gère le quartier général des bénévoles, lieu de rassemblement pour tous les bénévoles. Les tâches à effectuer comprennent entre autres l’inscription des bénévoles, la distribution des uniformes et des bons de repas et l’aide lors des « changements de garde ».
   Ambassadeur :
Répond aux questions des spectateurs relatives au Championnat ou les dirige vers divers points d’intérêt particuliers.
   Chauffeur de voiturette (fermé) :
S’occupe de transporter les joueurs, les représentants des médias, les spectateurs et les invités de marque (VIP) à des emplacements désignés sur le site dans une voiturette de golf.
   Chauffeur de navette :
Transporte les joueurs, les cadets et les invités de marque (VIP) dans des voitures de courtoisie du Championnat. Les chauffeurs doivent être âgés de 25 ans ou plus.
   Contrôleur d'accès :
Vérifie le droit d’entrée des visiteurs à divers points spécifiques dont l’accès est restreint, incluant l’aire de service réservée aux joueurs, le pavillon de golf, le terrain d’exercice et d’autres endroits sécurisés. Aucune expérience comme garde de sécurité ou agent de maintien de l’ordre n’est nécessaire puisque les bénévoles n’auront pas à gérer de situation conflictuelle impliquant la force physique.
   Éclaireur TV :
Tous les bénévoles travaillant pour le Golf Channel effectueront une des deux tâches qui leur seront assignées, chaque tâche leur offrant la possibilité de s’impliquer directement dans la télédiffusion. Les bénévoles seront divisés en deux groupes le matin du premier jour de diffusion par le coordonnateur du pointage et des éclaireurs du Golf Channel et/ou le coordonnateur des bénévoles, selon les besoins et les préférences.
   Guérite d'entrée :
Accueille les visiteurs à la guérite d’entrée et vérifie leur droit d’accès, fournit divers renseignements généraux au public et guide les spectateurs vers divers emplacements sur le site. Il a aussi pour tâche de distribuer des documents informatifs aux visiteurs, feuilles d’appariements, localisation des kiosques, etc.
   Marqueur (fermé) :
Accompagne un groupe de golfeurs sur le terrain et prend en note le pointage de chacun des golfeurs, en plus de certaines statistiques. Le marqueur doit être disponible pour travailler durant une ronde complète et accompagner à pied le compétiteur qui lui est assigné, tout au long des 18 trous, en transportant un sac qui contient un ordinateur de poche, un transmetteur de données, une pile de rechange et un radio-émetteur. Une connaissance approfondie du golf est essentielle, de même qu’une bonne forme physique. Le marqueur, obligatoirement âgé de 18 ans et plus, doit être apte à marcher 18 trous. Il y aura une séance de formation obligatoire avant la tenue du Championnat.
   Patrouilleur :
Le patrouilleur a pour tâches principales, entre autres, de contrôler les mouvements de la foule pour permettre le déplacement sécuritaire des joueurs et des spectateurs, marquer et protéger l’emplacement des balles hors allée pour aider à maintenir un rythme de jeu optimal et s’assurer que le public respecte les règles de l’étiquette du golf.
   Patrouilleur à pied (fermé) :
Maintient un périmètre de sécurité autour des joueurs vedettes tout au long de leur présence sur le parcours.
   Porte-étendard (fermé) :
Transporte le tableau de pointage tout au long du parcours et met les résultats à jour. Les pointages sont cumulatifs et calculés en fonction de la normale. Une excellente connaissance du golf et l’aptitude à marcher 18 trous en transportant un panneau (environ 5 à 6 lb) sont absolument essentielles pour effectuer ce travail. Le porte-étendard suivra les joueurs dans les allées, à l’intérieur des cordages.
   Services parcours :
S’occupe du ravitaillement et de la distribution des rafraîchissements et d’autres denrées pour les joueurs et les bénévoles à divers points du parcours. Certains membres de ce comité devront s’assurer que toute la signalisation sur le parcours est correctement installée et se trouve aux endroits désignés.
   Terrain d'exercice (fermé) :
S’occupe d’installer et de garder en état les installations du terrain d’exercice mises à la disposition des joueurs et de seconder le personnel de la sécurité dans le contrôle des spectateurs à cet endroit. Il doit constamment veiller à ce que les plaques d’identification des joueurs soient correctement disposées et mises à jour.
   Services divers :
Vous êtes indécis quant au poste que vous aimeriez occuper? Synchro Sports se fera plaisir de vous indiquer où vos services lui serait le plus utiles. Un membre du personnel du Championnat vous contactera pour vous en informer.

Pour s'inscrire ou s'informer:
(https://championstourquebec.com/benevoles/)


*Droits d'auteur Martial Lapointe. Toute reproduction de ce texte doit recevoir l'approbation de l'auteur.

dimanche 10 août 2014

parcours : le montmorency


   Québec - La dame s'approche, hésitante, presque gênée, et lance au directeur général Julien Daneault: ''C'est vraiment beau le travail que vous avez fait au sixième trou.''
   En guise de réponse, le dg y va d'un gros merci puis de politesses d'usage avant de continuer son chemin. Puis il se retourne, tout sourire et, à son tour, il échappe: ''Qu'est-ce que je vous avais dit? Les membres sont contents de ce qui se passe actuellement, ici, au Montmorency.''
   Rencontré récemment dans son bureau du club de golf Montmorency, Julien Daneault n'a pas hésité une seconde lorsque invité à se promener sur le terrain pour trouver un petit coin pour la photo idéale. Tout au long du parcours, il croise des membres qui lui sourient, le saluent de la main, lui renvoient le bonjour joyeux qu'il ne manque pas de leur servir.
   Quelques minutes plus tôt, lui et le vice-président du club, M. Claude Racine, faisaient état d'une ambiance nouvelle qui flottait sur le Montmorency, un bel esprit de camaraderie retrouvée.
   ''Nous avons pris plusieurs décisions depuis deux ans que nous avons bien expliqué aux membres et, croyez-moi, ceux-ci ont très bien compris la situation et on les sent derrière nous. La participation aux tournois du club est d'ailleurs constamment à la hausse!'', s'exclame le directeur général qui en est justement à sa deuxième saison à ce club de golf situé de chaque côté de la rivière Montmorency, aux limites de Beauport et de Boischatel.
   Efforts financiers
   Pour l'entrevue, les deux hommes ont déjà en main quelques coupures de presse, celles parues récemment et qui, encore une fois, parlent de la ''situation difficile que connaît l'industrie du golf'' depuis quelques années. Comme pour plusieurs intervenants du milieu, ces nouvelles sombres les agacent.
   ''Oui la situation a été difficile, oui il a fallu s'ajuster et maintenant, ce serait bien que l'on parle des efforts qui ont été faits, suggère M. Racine. Quand nous avons demandé une contribution financière aux membres, plusieurs sont partis. Mais il fallait assainir nos finances à tout prix. Je crois qu'aujourd'hui, bien des choses sont rentrées dans l'ordre et cela va beaucoup mieux. Il y a même des anciens membres qui reviennent!''
   Les efforts financiers suggérés par les administrateurs ont plu à un membre actionnaire qui n'a pas hésité à donner un coup de main, y allant d'un prêt personnel qui a carrément relancé le club.
   ''On nous a déclaré morts à quelques reprises, depuis quelques années, mais je peux maintenant vous dire que ce club-là, non, il n'est pas mort, insiste le vice-président Claude Racine. On a fait une révision en profondeur de nos opérations. Et au lieu de parler aux journalistes pour leur dire que ça va mal, on a discuté avec nos clients et on a écouté ce qu'ils avaient à dire.''
   Nouvelles réalités
   Entre autres mesures prises pour relancer le club de Montmorency, un changement de l'ordre des trous a été effectué, question de mieux gérer les allées et venues de la navette amenant les golfeurs sur le neuf de retour, situé de l'autre côté de la rivière. Le casse-croûte aux abords du 10e trou a été fermé et maintenant les golfeurs grignotent avant de prendre la navette.
   ''Non seulement nous avons diminué nos dépenses en restauration, avance Julien Daneault, mais on a diminué de beaucoup le temps de jeu et cela, les golfeurs apprécient beaucoup.''
   Le changement de cap effectué a aussi entraîné une plus grande place aux visiteurs et aux tournois corporatifs. Maintenant, les revenus du club proviennent de parts égales autant des membres que de l'extérieur. Une carte de contribution économique, que les membres achètent lors de leur abonnement, a aussi aidé les finances du club, tout en permettant aux acquéreurs de profiter à rabais de certains services.
   ''Nous avons consulté les membres régulièrement, mentionne M. Racine, leur avons expliqué nos démarches et ils ont compris ce que sont les nouvelles réalités du golf. Ils ont embarqué. Et l'automne dernier, nous avons organisé deux corvées sur le terrain auxquelles plus de 80 membres ont participé!''
   ''On a diminué nos investissements du côté horticulture, ajoute pour sa part le directeur du club. Devant cette situation, une quarantaine de femmes membres du club se sont regroupées et ont commencé à planter des fleurs un peu partout sur le parcours! Elles ont elles-mêmes pris l'initiative!''
   Et le terrain?
   Dans tout cela, qu'en est-il, justement, du parcours? En lançant cette question, les deux dirigeants du club s'emballent, tels deux bambins parlant de leur jouet favori.
   ''Le terrain, il est beau!'', lancent-ils en choeur. Puis M. Racine poursuit: On ne cesse de le peaufiner. On en est très fiers, notre surintendant, Sylvain Doré, fait de l'excellent travail.''
   ''Je suis professionnel de golf de formation, enchaîne à son tour M. Daneault. J'ai récemment accueilli des amis pros, certains évoluant même sur le circuit PGA Canada. Et bien aucun d'entre eux n'a été capable de jouer sous la normale. C'est un parcours stratégique. Si tu cherches trop à le défier, tu peux le regretter.''
   Les verts sont en très bonnes conditions et offrent une vitesse de roulement très acceptable. Le premier neuf est plutôt standard, mais le second, du côté de Boischatel, est davantage plongé dans la forêt et propose, à certains trous, de bons défis.
   ''Le terrain vieillit bien'', de dire M. Racine en rappelant que le parcours a été créé il y a 51 ans.


*Droits d'auteur Martial Lapointe. Toute reproduction de ce texte doit recevoir l'approbation de l'auteur.


jeudi 7 août 2014

parcours : le loup


   Baie-Saint-Paul - Dès le départ il faut dire que tout se passe en montagne. On monte, puis on descend. Et par la même occasion, on admire: les toitures, le clocher et quelques hauts édifices qui se dévoilent parmi les cimes de feuillus avec, en contre-plan, les montagnes et le fleuve. Difficile parfois de garder les yeux sur la balle...
   ''Pour la vue!'' Telle est la réponse que ne tarde pas à donner Barbara Ménard lorsque interrogée sur la raison pour laquelle doit-on jouer le terrain du club de golf de Baie-Saint-Paul, appelé Le Loup depuis trois ans. La directrice fait tout de suite allusion au décor, à la vue magnifique que l'on a souvent à partir du parcours.
   ''C'est de toute beauté! Il y a plusieurs beaux points de vue. Êtes-vous allé tout en haut, au trou numéro 14? C'est magnifique, sauf peut-être pour les employés qui doivent s'y rendre avec la tondeuse'', lance-t-elle, amusée.
   Beaucoup de monde
   Notre passage au club de golf Le Loup a eu lieu au coeur des vacances de la construction. Tout le monde est d'accord pour dire que la région de Charlevoix sait attirer les vacanciers, l'été. Alors le terrain était bondé.
   Déjà, au premier trou, ça refoulait, le retard se faisait bien sentir. Sauf qu'il faisait beau, on était détendus après la petite balade d'une heure à partir de Québec, les gens à l'accueil étaient très sympathiques et pour rendre le tout encore plus agréable, nous sommes jumelés à un couple de Gatineau originaire toutefois de Baie-Saint-Paul et qui connaît bien le terrain. Leur aide fut précieuse à certains moments pour guider les coups de départ.
   Pour guider également sur les sentiers car les directions n'étaient pas toujours évidentes. Après la partie, lorsque mise au fait de cette lacune, Barbara Ménard explique que les nouveaux propriétaires ont en tête plusieurs projets d'amélioration sur le parcours et l'aménagement de sentiers permettant une meilleure circulation en fait partie.
   ''C'est sûr que pendant cette période intense des congés de la construction, tient-elle à préciser, les golfeurs sont bien souvent des vacanciers avant tout. Le temps de jeu peut être plus long.''
   De beaux verts
   C'est bien beau le décor enchanteur, mais on est là pour le golf. Comme mentionné au début, tout se passe en montagne, ce qui donne à quelques endroits des allées plutôt sèches, mais rien de catastrophique. D'ailleurs, améliorer l'irrigation fait aussi partie des plans, selon la directrice générale qui rappelle l'arrivée d'un nouveau surintendant en la personne de Doris Caron, fraîchement débarqué de Baie-Comeau.
   Et c'est en bonne partie à lui que Le Loup doit ses beaux verts. Car ils sont effectivement en très bonnes conditions et juste bien rapides. Sauf que c'est Charlevoix et qui dit terrain de golf dans Charlevoix, dit verts difficiles à juger compte tenu du grain penché vers le fleuve. Bien sûr, on survit à cela et le fleuve, dans ce coin-là, on le sait, il est majestueux!
   Alors il faut garder les yeux sur la balle pour bien jouer ce terrain pas très long avec 6292 verges des jalons bleus, mais qui offrent une belle variété de trous. Quelques coups à l'aveugle, comme au 10e, mais avec des drapeaux en milieu d'allée qui indiquent si le trou est libre. Encore là, nos compagnons de jeu ont été fort utiles.
   Nouveau chalet
   Anciennement propriété de la ville de Baie-Saint-Paul, Le Loup est maintenant sous la direction de deux investisseurs privés. Selon Mme Ménard, plusieurs aménagements ont été faits depuis leur arrivée et cela va se poursuivre, question d'offrir un meilleur terrain aux visiteurs. C'est ainsi que la configuration du trou numéro un a été modifiée. En grugeant quelques verges sur ce trou de départ, un court terrain d'exercice a pu être aménagé.
   Parmi les autres projets, la construction d'un nouveau chalet puisque, effectivement, celui en place en a un peu dans le corps.
   Il en coûte 35$ pour une ronde au club Le Loup. Il est aussi possible de réserver sur certains sites de rabais sur le net pour plus d'économie.
   ''Nous sommes actifs sur ces sites de rabais parce que l'on veut se faire connaître. Nous sommes en constante amélioration et nous voulons que les gens le sachent'', conclut Barbara Ménard


*Droits d'auteur Martial Lapointe. Toute reproduction de ce texte doit recevoir l'approbation de l'auteur.

lundi 4 août 2014

compétition : amateur royal québec

      Boischatel - Premier fielday amateur, première victoire. En jouant trois coups sous la normale, ce lundi au Royal Québec, le junior Frédérick Blanchet a signé une belle victoire lui qui était inscrit dans la classe AA.
   ''C'est ma meilleure partie à vie'', a simplement glissé, sans aucune prétention, le jeune homme après sa victoire.
   Certes, il était bien content, mais d'un calme et d'une bonhommie étonnante, Frédérick Blanchet avait la victoire modeste, en concédant une bonne part de cette réussite à son frérot Paul-André, 12 ans, qui a été son caddy pour ce troisième tournoi amateur de la saison de Golf Québec, région de la Capitale nationale.
   ''À part chez les juniors, je ne fais guère de compétition, j'ai peu de temps, je travaille beaucoup à la quincaillerie, a-t-il expliqué. Comme ce tournoi avait lieu à mon club, ici au Royal Québec, je me suis inscrit.
   ''Paul-André m'a grandement aidé, a-t-il poursuivi. J'étais nerveux et il a su me mettre en confiance, m'aider à garder le focus. Il joue bien et il est meilleur que moi sur les verts. Ce fut bien qu'il soit là.''
   Deux roulés de trop
   Le joueur d'à peine 18 ans a dit avoir connu du succès justement sur les verts, pendant sa partie, et cela l'a conduit à cette belle performance, malgré deux roulés de trop pour clôturer le neuf d'aller.
   ''J'ai atteint presque tous les verts en coups réglementaires, a-t-il mentionné. Après huit trous, j'étais à moins un sauf qu'au neuvième, j'ai commis trois roulés et j'ai conclu avec la normale.''
   Il s'est tout de suite repris au 10e en plaçant son coup de départ à trois pieds de la coupe sur cette normale 3 pour enfiler l'oiselet. Il en a réussi deux autres par la suite, soit aux 12e et 15e trous.
   La compétition se tenait sur le parcours Royal.
   Raymond dans le AAA
   Donc Frédérick Blanchet a remporté les grands honneurs avec son score de 69 alors qu'il jouait dans la classe AA. Derrière lui, trois joueurs se partagent la deuxième position après avoir remis des carte de 76, soit Brian Tessier, du club Des Pins, François Fortin, du Orléans, et François Pelletier, du Castor.
   Dans la classe AAA, avec une marque de 70, André Raymond du club de Pont-Rouge est sorti grand gagnant.
   ''J'ai bien frappé la balle, j'ai aussi bien putté, a-t-il commenté. Encore une fois, j'ai eu de la difficulté lorsque je me retrouvais dans les distances de 100 verges et moins mais, tout de même, aujourd'hui cela s'est bien passé.''
   Il a calé quatre oiselets (aux trous 5, 14, 16 et 18) et commis deux bogueys (aux 7e et 8e trous) pour jouer ce 70.
   Alexandre Laflamme, du Royal Québec, a été son plus proche rival à moins un pour 71, tandis que Frédéric Matthey, de Beauce, Jérome Bédard, de Lévis, et Michel Gariépy, des Boisés de Joly, suivent avec la normale.
   À noter que le golfeur Raynald Cloutier, qui a remporté les deux premières épreuves de la saison dans la classe AA, a joué avec les AAA ce lundi et a terminé avec une marque de 74.
   La classe A à Simoneau
   Chez les compétiteurs du A, la victoire est allée à Nicolas Simoneau, des Boisés de Joly, qui a joué 78.
   ''C'est ma première victoire, a-t-il lancé fièrement. Avec ma deuxième position au tournoi à Saint-Pacôme, je mène au cumulatif de la saison.''
   Celui qui en est à sa deuxième saison de compétition avec Golf Québec, a eu des bons mots à l'endroit d'un compagnon de jeu à son club, soit Michel Gariépy.
   ''J'avais demandé à Michel quelques conseils pour mieux jouer avec mon bois # 1 et ce qu'il m'a dit m'aide beaucoup depuis, de préciser Simoneau. Mon jeu est maintenant adéquat et je maîtrise mieux ma nervosité.''
video   La deuxième place est allée à Martin Reddyhoff du Royal Québec, qui a joué 81, suivi de Stéphane Desharnais, lui aussi des Boisés de Joly, avec 82, puis à égalité en quatrième, un autre joueur de ce club, Jean-François Dionne, de même que Jean-Philippe Pichette, du Montmorency, qui ont fini avec une marque de 84.
   Le prochain rendez-vous amateur aura justement lieu aux Boisés de Joly le 26 août. ''Ah bon!, a échappé le grand gagnant Frédérick Blanchet en prenant connaissance de la date, je recommence l'école le 25...'' Avis aux autres joueurs!